Si les chiffres du chômage en France s’améliorent ces derniers mois, l’emploi des seniors est toujours au plus bas. Pourtant, les hommes et les femmes d’expérience sont un atout incontestable pour les entreprises dès lors qu’elles s’investissent dans une politique RH basée sur l’intergénérationnel.

Senior & Recrutement

Qui sont les seniors ?

Si les quinquas sont vantés dans les magazines pour leur dynamisme, il en est tout autre chose dans le milieu professionnel. Vite relégués en fin de couloir au mieux, au comptoir de Pôle Emploi au pire, chacun d’entre nous peut avoir l’impression que cela n’arrive qu’aux autres et que nous avons bien le temps d’y penser. Sauf que nous devenons seniors très tôt dans notre carrière professionnelle. L’augmentation de l’espérance de vie n’a que peu de conséquences malheureusement sur la perception de l’âge.

Pour Pôle Emploi, un senior a dépassé les 50 ans tandis que dans les entreprises, nous devenons senior dès nos 45 ans ! Argh ! Ça fait mal n’est-ce-pas ?
En gros, notre carrière se jouerait entre nos 25 et 45 ans, soit à peine 20 ans …
Pourtant à 45 ans, nous nous sentons encore dans la fleur de l’âge, plein de ressources, d’expériences, de motivation … c’est vrai. Pour autant, lorsque l’on perd son emploi à 45 ans, il devient compliqué d’en retrouver un.

Même si depuis 2010, les entreprises de plus de 50 salariés ont l’obligation de se doter d’un plan d’action en faveur de l’emploi des salariés seniors, nous commençons à mesure que nos cheveux blancs se font visibles, à devenir de moins en moins employable.
Rien à voir encore avec l’emploi des seniors de plus 55 ans (dans cette tranche, les chômeurs de longue durée y sont largement supérieurs aux autres tranches d’âge) mais les effets du jeunisme commencent à se faire sentir.

 

Les atouts des seniors en entreprise

Ce constat est fort dommage. Heureusement, les entreprises commencent à comprendre que reléguer les expériences au placard est une grave erreur, aussi bien pour l’aspect humain de leur structure que pour la performance de celle-ci.

Jugés comme fiables et autonomes, très à l’aise dans la capacité à transmettre les compétences, la présence des seniors est une aubaine pour l’entreprise.
Alors que les jeunes générations – et c’est d’autant plus vrai avec les Millenials – vont être plus enclins à démissionner rapidement, à se lasser d’un poste, à vouloir voir du pays, les seniors vont constituer la stabilité de l’entreprise, sa mémoire et transmettront à la fois  les compétences requises d’un poste mais aussi les valeurs de l’entreprise.

 

A la recherche d’actions intergénérationnelles

Certaines entreprises craignent que les seniors ne sachent s’adapter aux nouvelles technologies. Or, ce n’est pas le cas. Il n’y a qu’à regarder le nombre de seniors présents sur Facebook et Instagram pour s’en rendre compte ! Ainsi, lorsque sont mises en place de véritables actions d’accompagnement entre générations comme le mentorat, les seniors révèlent leur plein potentiel. Et il est réducteur de s’arrêter à une simple question technique.

L’une des difficultés de la présence des seniors en entreprise est également managériale. En effet, au cours de leur carrière, il est courant que les seniors soient promus à des postes d’encadrement au vu de leur expérience et de leur ancienneté.
Avec l’arrivée des nouvelles générations, certains de ces seniors managers, deviennent alors managés. Une claque psychologique pour certains tandis que les jeunes promus peuvent éprouver des réticences à encadrer les plus anciens de leurs collègues.
Il revient alors aux DRH de mettre en place une véritable politique d’intégration des nouveaux arrivants, en relation étroite avec les seniors déjà en place dans l’entreprise. Ainsi, elle pourra bénéficier de l’expérience et du recul des seniors mais aussi de la créativité et du dynamisme des plus jeunes bien que ces qualités ne soient pas représentatives d’une tranche d’âge. Seule compte la personnalité de l’individu.

Si certaines entreprises ont compris l’intérêt de la mixité, d’autres sont encore très en retard dans la prise en compte de l’emploi des seniors. C’est alors l’affaire de tous d’y remédier.